L’étang de Molentargius et les Marais Salants des anciennes Salines de l’Etat

QUE VOIR À CAGLIARI: L’ÉTANG DE MOLENTARGIUS ET LES MARAIS SALANTS DES ANCIENNES SALINES DE L’ETAT

 

L’étang de Molentargius est délimité par les villes de Cagliari et de Quartu Sant’ Elena, qui se rejoignent quasiment.

La large bande de terre à droite de l’étang s’appelle « Is Arenas »qui signifie, en sarde, »les sables ».Il s’agit en effet d’une zone constituée de sables marins et qui était une plage fossile constituant la ligne de côte dans le passé.

Les marais salants des anciennes salines de l’Etat.

Dans chaque bassin, l’eau a une couleur différente, tirant toujours vers le rouge. Cette couleur est due à des micro-organismes comme la « Dunaniella Saline », une algue unicellulaire qui produit le béta carotène, un composé organique d’une couleur caractéristique et qui est typique des eaux extrêmement salées. Le premier témoignage écrit, au sujet des marais salants de Cagliari, remonte à 150 ans av. J.C. A partir de cette période, elles ont eu une importance particulière, qui s’est prolongée tout au long de l’histoire de la ville et en particulier à l’époque romaine et des Judicats sardes. Dans les siècles qui suivirent, les Pisans, les Aragonais, les Espagnols (qui introduisirent le monopole de la couronne sur le sel) et les Piémontais continuèrent à exploiter le sel de Cagliari, qui constituait une des principales entrées utiles de la Sardaigne pour le Trésor Public.

Les installations industrielles des salines que vous voyez aujourd’hui, remontent aux années vingt du siècle dernier et ont fonctionné jusqu’en 1985.

Tout ce territoire, qui comprend l’étang et la bande de « Is Arenas », constitue le Parc National Régional Molentargius Salines. Les bassins sont tous reliés avec un système complexe de circulation de l’eau, réalisé pour l’extraction du sel. La circulation de l’eau est maintenue pour la tutelle de l’écosystème, même si, aujourd’hui, les salines ne fonctionnent plus. L’eau de mer est pompée d’un canal affluent, qui la conduit jusqu’à l’extrémité de l’étang de Molentargius, donc plus loin de la côte, et elle est alors reversée dans les bassins.

La première évaporation se produisait dans le grand bassin de Molentargius. L’eau était ensuite envoyée dans les bassins des Salines, où l’évaporation continuait en augmentant la concentration de sel, jusqu’à en permettre le ramassage. Les autres canaux que vous voyez empêchaient aux eaux douces de se reverser dans les bassins salés et déversaient l’eau en surplus vers le port. Ils servaient également pour la navigation des péniches qui apportaient le sel aux navires.

Molentargius, signifie « conducteur d’ânes ». Ce nom était certainement dû au fait que la plupart des travaux lourds des marais salants étaient exécutés avec l’aide de ces animaux, avant que les machines à vapeur et à moteur ne furent introduites.

L’étang de Molentargius possède un environnement complexe.

La présence simultanée d’un environnement d’eau douce et d’eau salée, dans deux aires assez délimitées, a permis aux oiseaux de ces deux environnements de vivre en commun. Le parc de Molentargius abrite un grand nombre d’espèces dans un espace restreint : on en a relevé 230.

Les zones les plus proches des digues sont celles qui sont le plus fréquentées par les oiseaux, qui trouvent de l’eau moins profonde où ils peuvent se déplacer et chercher leur nourriture et où ils peuvent s’abriter pour être moins visibles ou se dissimuler.

Les premiers oiseaux que vous verrez seront certainement des aigrettes. Elles sont très communes et facilement visibles. Ce sont de petits hérons, d’à peu prés 60 centimètres de haut, aux plumes blanches, avec le bec noir, droit et pointu. Ils ont sur la tête une huppe blanche caractéristique. Leurs pattes sont bleuâtres et jaunes. Le cou est généralement replié en forme de S. Les aigrettes sont des prédateurs : elles mangent des poissons et des amphibies dans les eaux basses, en les frappant avec de très rapides coups de bec. Elles volent en tenant le cou plié, ce qui rend leur silhouette très différente de celle qu’elles ont quand elles se trouvent sur la terre ferme.

Regardez attentivement vers les digues vous pourriez y voir quelques exemplaires de « cavaliere d’Italia » (cavaliers d’Italie). Il s’agit d’un petit échassier très élégant et qui mesure environ 30 centimètres. Il a le corps blanc, les ailes noires et pointues, un bec fin et noir et de longues pattes rouges.

 

Contactez-nous pour visiter l’étang de Molentargius et les Marais Salants des Anciennes salines de l’Etat avec un de nos tour de Cagliari.

PARTAGER

Pin It on Pinterest

Book your tour now!